La différence entre burn-out et bore-out est nette. Par contre, les deux notions sont liées à la charge du travail:

  • la surcharge pour le burn-out;
  • la sous-charge pour le bore-out.

Il est important de connaitre ces deux notions afin de pouvoir aider les personnes concernées dans notre entourage ou bien nous-mêmes. Je les explique plus en détail plus bas.

Le burn-out ou le syndrome de l’épuisement professionnel

Avant de voir la différence entre burn-out et bore-out, commençons par la définition du syndrome de l’épuisement professionnel, burn-out. Près 36% de Français déclarent avoir fait au moins une fois un burn out durant leur carrière (Source: Le Figaro).

Dans le cas du burn-out, l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est cassé. Le travail prend trop de place. C’est ainsi que la personne s’épuise.

Comment? Les signes physiques en sont la preuve: migraine, insomnies, perte d’appétit, troubles musculaires. On ne dort plus, on pense au boulot tout le temps, on s’isole alors de plus en plus. On a envie de tout faire et bien faire, et l’on a donc du mal à dire stop et avouer que nous n’arrivons pas à tenir cette cadence.

Pourquoi? Les causes sont multiples et bien complexes à décerner. Certains parlent de différents « tempéraments », d’autres de l’environnement ou du manger. Pour ma part, je pense que c’est un ensemble de facteurs. Je trouve donc inacceptable qu’on pointe la personne en premier ou bien que l’on accuse l’environnement de travail seul, mais tout le monde doit prendre sa part de responsabilité.

Qui? Le burn-out peut commencer par de petites choses et peut alors arriver à des personnes que l’on ne soupçonnerait pas. Là-dessus, il n’y a pas de différence entre burn-out et bore-out. Si l’on a du mal à déconnecter du boulot sur une longue période, c’est déjà une première alerte. Soyons attentifs à ces signaux chez nous, mais aussi chez les autres pour les prévenir. Connaitre nos propres facteurs de stress permet d’agir en prévention. C’est pour cette raison que c’est au programme de l’atelier Apprendre à gérer son stress.

Impacts. Les impacts personnels sont énormes. Si le burn-out est allé trop loin, nous perdons toutes nos forces, notre confiance en nous et en nos capacités. Nous sommes donc vidés. J’ai déjà été au bord du burn-out, et c’était déjà très difficile. Par ailleurs, du point de vue de l’entreprise, c’est un réel échec et la perte d’une personne engagée et motivée.

Le bore-out et la différence avec le burn-out

Dans le cas du bore-out, le travail est limité à des tâches répétitives, assommantes et sans intérêt, qui ne permettent pas à la personne de ressentir un accomplissement professionnel.

Comment? On fait un travail rébarbatif à charge cognitive peu élevée. Nos capacités sont sous-utilisées. Nous commençons donc à nous sentir inutiles.

Pourquoi? Les causes sont, une fois de plus, nombreuses. Par exemple, le bore-out peut être le cas d’une « mise au placard », qui malheureusement existe encore de nos jours.

Qui? Le bore-out peut arriver à tout le monde. Si le poste n’est pas intéressant et représente des tâches trop rébarbatives sans aucune issue de sortie (par exemple, changement de poste possible), vous avez des chances d’être en bore-out.

Impacts. Les personnes en bore-out peuvent aller jusqu’à la dépression. Pour l’entreprise, c’est encore une fois un échec et une perte.

Similarité et différence entre burn-out et bore-out

La différence entre burn-out et bore-out est dans le degré de la charge du travail, perçue ou réelle.

Ces deux notions qui nous donnent l’impression de voir des contraires ont une chose en commun: l’inadéquation de la charge de travail perçue ou réelle.

Les burn-out et les bore-out sont tous différents. Il n’y a donc pas une seule cause commune à tous.

Par contre, nous remarquons que ces notions apparaissent maintenant et de plus en plus. Tout comme, par exemple, le brown-out ou la perte du sens au travail. Ce sont des symptômes qui accompagnent de notre époque et notre société. Il faut donc les prendre en compte et les analyser pour pouvoir les prévenir et les traiter au mieux.